Théophile Legrand et le développement industriel de Fourmies : une belle histoire !

Les destins de Théophile Legrand et de la ville de Fourmies sont intimement liés. Considéré par les historiens locaux comme étant le « père » du développement industriel de Fourmies, Théophile Legrand est né en 1799. Il fit construire en 1825 sa première filature dénommée « la neuve »  ou « du Village ». Elle était située dans le centre de Fourmies, qui comptait à cette époque 2 000 habitants. Il substitua l'industrie de la laine peignée à celle du coton, en favorisant l’installation des machines à vapeur et l’industrialisation de la filière textile. Il fit construire en 1856 une nouvelle usine au lieu-dit « le Malakoff », à quelques mètres de sa 1ère filature, dont les bâtiments brûlèrent en partie dans la nuit du 17 février 1857.

       Précurseur, novateur et toujours à la pointe de la modernité, Théophile Legrand a très vite réussi à convaincre des dizaines d’investisseurs de venir s’implanter sur Fourmies. Grâce à son taux d’humidité exceptionnel, à l’arrivée du chemin de fer en 1869 (la ligne du Calais / Strasbourg) et à sa situation géographique idéalement placée entre le Nord et l’Est et entre Bruxelles et Paris, l’industrie lainière a connu dès les années 1870 un développement impressionnant !

       A sa mort, en 1877, Théophile Legrand employait 1 700 ouvriers. Plus d’une trentaine de filatures ont été construites le long de l’Helpe mineure en 50 ans ! Entre temps, la population de la commune est passée de 2 000 habitants en 1820 à plus 16 500 en 1891. La ville de Fourmies est devenue en 1910 le premier centre mondial de laine peignée. Dès la fin du XIXème siècle, elle fut pendant de nombreuses années la deuxième capitale mondiale du textile, après la ville de Roubaix. Plusieurs documents de l’époque affirment qu’on a fabriqué à Fourmies, durant plusieurs dizaines d’années, le fil de laine le plus fin au monde ! Théophile Legrand a reçu en 1855 la médaille de Première Classe et une reconnaissance mondiale de la profession à l’Exposition Universelle de Paris pour sa laine fine peignée « la trame 240 ». Il obtiendra de nouvelles récompenses pour des fils de laine toujours plus fins et résistants aux Expositions Universelles de 1862 et 1867.

> L’essor de l’industrie textile à Fourmies en quelques dates :

1774 : 1ère filature de lin "retors et blanchis" créée par Jean Staincq et Jean-Louis Legrand.

Début du XIXème siècle : création des premières fabriques de bonneterie de coton.

1810 : 1ère filature de coton appelée "La Vieille" par Louis-Joseph Legrand

1820 : Fourmies compte près de 2 000 habitants.

1822 : 1 verrerie, 2 filatures de coton, 3 fourneaux à fondre le minerai de fer

1825 : Naissance de l’industrie lainière grâce à Théophile Legrand. Il crée la première filature de laine du Nord et installe l'une des premières machines à vapeur en France (en octobre 1825)

1830 - 1890 : L’âge d’or de l’industrie lainière

1865 : Création de la Société de "Secours Mutuel" par Edouard Flament (filateur)

1869 : Le chemin de fer arrive à Fourmies.

1874 : Création de la "Société du commerce et de l’industrie lainière de la région de Fourmies"

1877 : Mort de Théophile Legrand, « homme de bien », conseiller municipal et conseiller général, fondateur de l’industrie lainière et acteur principal de l’essor de Fourmies.

Voir l'historique complet sur Théophile Legrand en cliquant ici !